Dernier volet de la trilogie, au léger parfum de cape et d'épée

Par 14 avril 2020 à 08:57

Sur fond d'élections exceptionnelles au parlement (des fées), on retrouve cette fois dans le Paris des Merveilles comme un hommage aux romans d'Alexandre Dumas : duels pour l'honneur, amitiés plus fortes que tout... même les relations houleuses entre les Cercles de mages Cyan et Incarnat ne sont pas sans rappeler les rivalités des Mousquetaires face aux gardes du Cardinal (même les couleurs sont semblables !). Le tout dans un Paris du XXe toujours aussi bien décrit, pour un dernier volume plein de panache.

Caroline, Bibliothécaire - Bibliothèque Cantonale et Universitaire